Documents récupérés à l’imprimerie de la rue de Jéricho le 17/10/57 sur indications de Bellal (du comité zonal de renseignements), extraits d’un dossier ayant appartenu à Haffaf Areski dit « Houd »

 

PROJET DE TRACT

FRONT DE LIBERATION

NATIONALE

LA TUERIE DE MELOUZA

 

Un drame affreux vient d’ensanglanter la terre algérienne déjà si éprouvée par les crimes sans nom d’un colonialisme aux abois. Toute la population mâle du douar de Melouza a été sauvagement assassinée.

Si ce carnage s’inscrit normalement dans la longue liste des crimes collectifs organisés avec préméditation et exécutés froidement par l’armée française dite de « pacification », il dépasse de beaucoup tout ce que tout esprit sain peut imaginer. Aux crimes délibérés s’ajoute cette fois une exploitation politique savamment orchestrée.

L’impérialisme français, ne pouvant obtenir sur la glorieuse Armée de Libération Nationale une victoire militaire, a recours à une machination diabolique pour tenter de discréditer l’A.L.N. et le F.L.N.. Ce sont les « commandos noirs » dont le travail a fait tout récemment l’objet des louanges dithyrambiques de la feuille impérialiste « L’ECHO D’ALGER » qui se sont chargés de cette vile besogne. L’inqualifiable forfait était déjà préparé et devait, selon ses criminels instigateurs, répondre à un triple objectif.

Les exactions (arrestations en masse, tortures, exécutions sommaires, expéditions punitives avec amende collective, vols et viols), devenues trop innombrables pour être contestées, ont fini par émouvoir les consciences libres en France comme à l’étranger. Braquer l’opinion publique française et étrangère contre notre mouvement de libération nationale, tel est le but essentiel de l’opération.

En second lieu, la vacance du pouvoir en France, l’attitude incertaine de certains groupes politiques et l’évolution favorable de l’opinion pour une solution négociée, affolent les dirigeants de la politique algérienne. Faisant feu de tout bois, ces éléments réactionnaires veulent imposer la constitution d’un gouvernement qui serait à leur dévotion avec en tout premier lieu le maintien de Lacoste en Algérie, ce qui est tout un programme.

Par ailleurs, le problème des réfugiés algériens en Tunisie et au Maroc, porté devant les instances internationales, rend intenable la position de la France. Comme ses hommes au pouvoir, les Mollet, Lacoste et autres Pineau, ont perdu toute audience et ne sont pris au sérieux par personne de par le monde, il a été fait appel au vieillard de l’Elysée* pour ajouter un mensonge de plus et détruire le peu de crédit dont peut se prévaloir le chef de l’Etat français.

Sans doute son appel à la conscience universelle aurait-il eu quelque écho s’il avait été précédé de la moindre intervention de sa part lors des ratissages et des tueries antérieures. Un silence complice sur le plus récent de ces assassinats collectifs, celui du Ruisseau, en plein centre de la capitale, qui a fait plus de 40 morts selon les « communiqués officiels », fait que « l’appel au monde civilisé » sonne bien creux.

En fait, l’abominable machination politico-militaire tend à démontrer qu’avec le départ de la France, l’Algérie serait à feu et à sang. Le même langage, les mêmes procédés ont déjà servi dans un passé récent à propos de l’Indochine, de la Tunisie et du Maroc. Les accusations mensongères ne trompent plus personne.

C’est pourquoi, le F.L.N. peut s’adresser solennellement à la conscience universelle pour proclamer à la face du monde civilisé son indignation devant la sauvagerie de cette tuerie dont seule l’armée française assume l’entière responsabilité. Il s’incline avec émotion devant la mémoire de nos martyrs de Melouza et d’ailleurs. L’Algérie combattante avec son peuple uni derrière le F.L.N. et l’A.L.N. a trop conscience de ses responsabilités historiques pour se laisser détourner de sa mission. Cette mission, le colonialisme l’a appris à ses dépens, s’achèvera le jour prochain où l’Algérie sera libre et indépendante

.

VIVE L’ALGERIE LIBRE ET INDEPENDANTE

* le Président René Coty VIVE LE FRONT DE LIBERATION NATIONALE VIVE L’ARMEE DE LIBERATION NATIONALE